Merck et Monsanto, mêmes techniques

Posted on 11 avril 2014 par

0


Un seul objectif : vendre au monde entier sans considération de la santé et de l’environnement.

Une enquête qui fait peur : dans le Nouvel Observateur du 3 avril 2014, pages 10 à 14, "Pourquoi le Gardasil fait peur".

Dans la polémique sur ce vaccin contre le cancer du col de l’utérus, qui a raison qui a tort, laissons les "experts" en discuter. Mais quand même, le summum c’est ceci : le Gardasil est un médicament qui a prouvé son effet positif sur les jeunes filles pour une maladie très spécifique aux femmes, soit seulement la moitié de la population. Ce n’est donc pas assez pour Merck qui vise un marché plus large. Et si c’était bénéfique pour les filles et pour les garçons, le marché potentiel serait multiplié par 2. Alors…

Merck a trouvé des experts sans aucun doute "indépendants" pour dire que le Gardasil était bien aussi pour les garçons, et puisque des experts l’ont dit, on donne donc aussi le Gardasil à des garçons.

« Le laboratoire a cherché sans cesse à étendre l’indication de son sérum, (…) et même aux garçons. C’est ainsi que les Etats-Unis et l’Australie vaccinent aujourd’hui les prépubères, puisque Merck prétend que le Gardasil serait bénéfique sur certains cancers de la gorge induits par des HPV contractés lors de rapports buccogénitaux. « Aucune étude ne le prouve, indique Daniel Floret, le président du comité technique des vaccinations. En France, il n’est pas question, pour l’instant, de le conseiller aux garçons. Mais le sujet est sur la table, nous avons une certaine pression du labo… » »

Ça fait peur non ?