Extrême droite, la marginalisation est en panne

Posted on 30 mars 2014 par

2


Et si le peuple était enchanté par le discours de l’extrême droite ? Le peuple a écouté le discours démagogique de la droite contre le monde de la finance (discours de Toulon de Nicolas Sarkozy) et a vu le résultat. Le peuple a écouté le discours démagogique de la gauche contre le monde de la finance (discours du Bourget de François Hollande) et a vu le résultat. Alors le peuple écoute le discours démagogique de l’extrême droite contre le monde de la finance et se dit que peut-être eux feront ce qu’ils disent.

Depuis les années 40, l’extrême-droite c’était soit la collaboration de Pétain, soit le nationalisme des Croix-de-feu du colonel François de La Rocque, "les français d’abord" devenu "la préférence nationale".

Mais aujourd’hui cette marginalisation par le rappel de l’histoire est usée. Affirmer "l’extrême-droite c’est pas bien" n’est plus suffisant pour écarter les électeurs du vote pour le Front National. Une affirmation à laquelle ne croit plus le peuple, notamment la France profonde qui ne fait pas ses courses de fringues au quartier du Marais.

La France profonde, c’est par exemple la France décrite par Edouard Louis, dans son roman "En finir avec Eddy Bellegueule". Extrait de l’article qui lui est consacré dans le Nouvel Observateur du 6 mars 2014, pages 10 à 14, "Qui est vraiment Eddy Bellegueule ?" :

« Quand on demande au sénateur-maire si Hallencourt est homophobe, il jure que non et, sans soupçonner la violence de ce qu’il assène, renchérit : « On n’a rien contre les homosexuels. Ils font ce qu’ils veulent chez eux. Du moment qu’ils ne pervertissent pas les autres. » Dans les collèges, on ne sait plus trop comment réagir face au racisme et à l’homophobie. Martine Cocquet, principale du collège de Longpré quand Eddy Bellegueule y était élève, raconte que « des gamins portaient des blousons White Power, des signes de reconnaissance de l’extrême droite comme des lacets bicolores, qui veulent dire "on va casser de l’Arabe", alors qu’il n’y en a pas par ici. » »

« Dans les collèges, on ne sait plus trop comment réagir face au racisme et à l’homophobie. ». De futurs électeurs du FN ?

 
Sur le même sujet :
"Le public de Marine Le Pen"