Tristesse, incidence sur le cancer des seins et le trou de la Sécurité Sociale

Posted on 13 octobre 2013 par

0


 

« Que répondre lorsque la jeune femme à laquelle Brigitte Simonot vient de confirmer une tumeur du sein lui réplique, désemparée : « je ne bois pas, je ne fume pas, je fais du sport. Je ne comprends pas. C’est injuste » ? »

Nouvel Observateur du 3 octobre 2013, page 87.

Réponse : c’est la tristesse qui l’a rendue malade.

Tristesse aussi sans doute, le Nord-Pas-de-Calais :

« La situation pour le cancer du sein est particulièrement préoccupante. Si le Nord-Pas-de-Calais était un pays indépendant, il dépasserait largement la Belgique et serait le premier pays au monde pour l’incidence du cancer du sein. »

Extrait de "Toxique Planète, le scandale invisible des maladies chroniques" d’André Cicolella Nouvel Observateur du 3 octobre 2013, page 89.

Lu aussi que le cancer du côlon-rectum est lié à une alimentation carnée et pauvre en fibres. Mais il n’est pas précisé si c’est la viande ou le manque de fibres qui est facteur de risque. Alors mangeons gaiement de la viande bien fibrée (un gros onglet par exemple).

 
Mais l’intéressant du dossier est l’explication du tonneau des Danaïdes de la Sécurité Sociale, assurance maladie : plus la Sécurité Sociale dérembourse, plus son déficit se creuse.

« Le nombre des affections de longue durée hors maladies infectieuses a presque doublé en quatorze ans (+96%), soit 6 fois plus vite que le changement démographique. (…) C’est parce que les maladies chroniques explosent que les comptes de l’assurances-maladie et plus largement ceux de l’ensemble de la Sécurité sociale sont en permanence déséquilibrés. »

Extrait de "Toxique Planète, le scandale invisible des maladies chroniques" d’André Cicolella Nouvel Observateur du 3 octobre 2013, page 88.

 
Sur le même sujet :
"Prévention du cancer du colon, mangez du saumon transgénique"