Justice à deux vitesses

Posted on 16 mai 2013 par

0


Une agression raciste, c’est clair net et précis quand en plus il y a des traces sur la victime. Une procédure rapide existe dans ces cas là, car il faut que la justice réponde rapidement à des faits de ce genre, et que les délinquants ne soient pas relâchés immédiatement dans l’attente d’un procès qui se tiendra plusieurs mois ou années plus tard, quand tout le monde aura oublié, créant un état d’esprit d’impunité chez les délinquants.

La justice rapide s’appelle comparution immédiate. Par exemple c’est la procédure utilisée pour les troubles du PSG au Trocadéro.

Et bien non, quand ce sont de braves paysans qui agressent un noir dans nos belles campagnes, ce n’est pas comparution immédiate, mais procès en janvier 2014 :
"Agression raciste en Dordogne : « Je suis tombé sur des fous, des malades »"