Gérard Depardieu, bouc émissaire

Posted on 10 janvier 2013 par

3


Gérard Depardieu nominé. Mais méritait-il l’oscar ?

Pourquoi donc s’attaquer spécialement à Gérard Depardieu en oubliant ses illustres prédécesseurs dans l’exil fiscal ? Charles Aznavour bien sûr, mais aussi Johnny Hallyday ou Christian Clavier.

Dans le fond Gérard Depardieu n’a-t-il pas raison de peaufiner sa succession, la transmission de son patrimoine à ses enfants qu’il a tellement délaissés jusqu’à présent ? Familialement triste, il essaie de se racheter auprès de sa progéniture.

Donc pourquoi tant de haine de part et d’autre ? Et puis on lit la chronique de François Reynaert dans le Nouvel Obs du 3 janvier 2012, page 22, "Idée fisc chez les Césars", et là on se marre quand on le lit sur Fabrice Luchini par exemple qui avait essayé de défendre son gros pote en répliquant à Philippe Torreton que « Quand on attaque Depardieu, il faut avoir une filmographie solide »

« Fascinant. Depardieu part à la dérive, Depardieu pisse dans les avions, Depardieu va ramasser du fric chez les dictateurs les plus pourris de la planète. Oui ! Mais il a tourné avec Truffaut ! Respect ! Et pour pouvoir dire à Luchini à quel point cet argument est inepte, que faut-il ? Une délibération de l’assemblée générale des sociétaires de la Comédie-Française ? »

Et puis cette réflexion de fond pour élargir et rehausser le débat :

« Etouffés par le « tout pour ma pomme » qui est la seule idéologie qui leur reste, les ultrariches ne sont jamais contents. On leur prend, ils hurlent. On leur rend, ils n’en ont pas assez. »

Question bête : Catherine Deneuve dont le buste en Marianne orne encore quelques mairies va-t-elle suivre la trace de Gérard Depardieu ?

Maneckenou, mon bon Père,
Garde-nous simples et gais
Pour annoncer à nos frères,
La vie et la vérité.

Maneckenou Piss, Piss, Piss
S’en allait tout simplement,
Routier, pauvre et chantant
En tous chemins, en tous lieux,
Il ne parle que du Bon Dieu,
Il ne parle que du Bon Dieu