Nucléaire, que faire des combustibles usagés ?

Posted on 27 août 2012 par

1


La meilleure idée d’un profane sur le devenir des combustibles usagés de l’industrie nucléaire (à défaut de fabrication de bombes atomiques) est de les cramer dans les centrales nucléaires. Sans doute pas si simple, en tout cas c’est pas ce qu’on fait, ou ce que font les japonais.

Les japonais mettent leurs combustibles usagés qui semblent être encore très radioactifs dans une piscine. Pour éviter de longs transports coûteux, on met la piscine juste à côté du réacteur nucléaire. Et pour éviter que la piscine ait les pieds dans l’eau de mer, on l’installe en hauteur. Et lorsque le réacteur explose, la piscine a un certain penchant pour basculer et se vider avec tout ce qu’elle contient.

NO_2012-08-23_Fukushima

C’est ainsi qu’à Fukushima y-a une piscine avec à l’intérieur 264 tonnes de produits hautement radioactifs qui repose à trente mètres de haut sur le reste de la structure explosée du réacteur 4. Et on sait ni quoi en faire, ni même comment aller les chercher pour les déplacer, les 264 tonnes hautement radioactives qui ne demandent qu’à participer à l’évolution et à la sélection des espèces animales en général et humaine en particulier.

C’est une enquête de Vincent Jauvert dans le Nouvel Observateur du 23 août 2012, pages 8 à 12 :
"Fukushima : et si le pire était à venir ?"

Pour l’anecdote, extrait illustrant l’incompétence de ces gens-là :

« Le bunker censé héberger les cadres en cas d’accident n’était pas doté de filtre à air, et se trouvait donc inutilisable. »

 
Articles précédents sur le même sujet:
"Fukushima"
"Vers une privatisation d’AREVA ?"
"Test de matériel israélien au Japon"

 
 
 

Advertisements
Posted in: Pollution