L’amour, la mort et Dieu

Posted on 8 avril 2012 par

0


La laïcité au Canada : le Dieu d’Edith Piaf censuré dans les écoles. Et pourtant le professeur dans sa sagesse laïque avait dit aux élèves : « parlez-en avec vos parents », une façon simple de respecter la liberté de conscience de chacun.

Le blasphème à la laïcité ? la chanson "Hymne à l’amour" ainsi résumée : puisque tu m’aimes, si tu meurs je mourrai aussi et alors « nous aurons pour nous l’éternité (…) Dieu réunit ceux qui s’aiment ».

Et l’Eglise catholique qui se lance dans la promotion d’Edith Piaf et de son amour éternel (et très charnel) dans l’au-delà avec Marcel Cerdan. Ce qui fait bien sourire Delfeil de Ton qui nous raconte avec ravissement cette histoire du Clochemerle québécois dans sa chronique du Nouvel Obs du 23 février 2012, page 80.

Le mode d’emploi de la laïcité au Québec a un nom : les "accommodements raisonnables". Ce n’en est que plus comique !

"La censure de L’Hymne à l’amour soulève de vives critiques à l’Assemblée nationale"

 
 
 

Publicités