DSK face à la noirceur de la procédure accusatoire

Posted on 11 juillet 2011 par

0


 
L’Affaire Dominique Strauss-Kahn constitue un véritable cas d’école. La procédure accusatoire, le plaider coupable, la justice populaire, tous les défauts d’un système judiciaire que Niquolas Sarkozy veut importer en France.

Aujourd’hui, réflexion sur l’élection démocratique du Procureur.

Car le procureur est un élu du peuple. Il rend compte de son action au peuple. Et s’il veut être réélu, il doit plaire à son peuple, ou à celui qui l’investit comme candidat.

Prenez un député UMPétiste. Il a des convictions comme tout député. Mais s’il veut être réélu, il faut aussi qu’il obtienne 1°) l’investiture dont Sarkozy détient les clés et 2°) le suffrage de la majorité des électeurs de sa circonscription. Alors parfois ses convictions deviennent secondaires si Sarkozy ne les partage pas, et un peu de démagogie ne fait jamais de mal pour plaire aux électeurs.

Vous transposez ce mode de désignation aux juges et procureurs. Et vous imaginez les dégâts. C’est le système américain.

Alors dans ce système, pensez-vous que l’attorney général Cyrus Vance Jr — qui espère se faire réélire en 2013 à Manhattan — pense à la justice ou à sa réélection ?

Et voilà la raison pour laquelle les politiques et les communautés, noires et religieuses en l’occurrence, montent au créneau :
"Affaire DSK, les noirs montent à l’assaut du procureur Cyrus Vance"

Et voilà donc un sénateur noir de New York, Bill Perkins, une personnalité paraît-il importante de la communauté noire d’Harlem, qui prend la défense de la présumée victime simplement sur la base de la couleur de sa peau. Il demande notamment que Nafissatou Diallo ait la possibilité de témoigner. Drôle de demande, car qui empêche aujourd’hui Nafissatou Diallo de se présenter et de témoigner publiquement ? Son avocat ? Qui empêche le personnel du Sofitel de témoigner ? La direction du Sofitel ?

Même Atlantico.com en profite pour souligner que «  La "crédibilité" de DSK est, elle aussi, "discutable" ». C’est oublier que DSK n’a toujours pas exposé sa version des faits.

Alors Monsieur Cyrus Vance, entre l’enclume de se faire ridiculiser par les avocats de Dominique Strauss-Kahn au cours d’un procès et le marteau de la communauté noire nécessaire à votre réélection, vos nuits sont-elles agitées ?

La meilleure solution pour vous serait un plaider-coupable de DSK sur une charge mineure et avec une simple amende. Mais pas sûr que Dominique Strauss-Kahn vous offre cette porte de sortie qui vous éviterait de perdre la face. Ce sera l’objet d’un futur article.

 
Citation (16/05/2011), toujours d’actualité :

« Mon avis : Quand DSK sera Président de la République, ou premier ministre de François Hollande, il pourra en partenariat avec Roland Dumas réformer la procédure pénale française en prenant ce qu’il y a de mieux dans les deux systèmes, français (inquisitoire) et américain (accusatoire). Etant donné leurs expériences respectives, ça changera des réformes brouillonnes du Président actuel. »

 
 
 

Publicités