Le Strauss-Kahn belge

Posted on 24 juin 2011 par

0


 
En politique comme dans les affaires, c’est le réseau qui compte. Ce n’est pas la famille Sarkozy qui le démentirait. Stéphane Fouks — dont Odile Benyhia-Kouider tire le portrait dans le Nouvel Obs du 21 juin 2011, pages 10 à 14 — en est un autre exemple abouti sinon caricatural.

Dans l’emploi, c’est pareil. L’ANPE elle-même propose des stages sur comment activer et optimiser vos relations, ce qu’on appelle organiser son réseau.

Par exemple un journaliste du Nouvel Obs dont une bonne amie vient de décrocher un master en quelque chose et qui apprend qu’un poste va être créé ou se libérer au service gestion de l’hebdo se doit de la prévenir pour qu’elle soit une des premières à postuler. Puis une petite surveillance sur le suivi du dossier permettra de donner le coup de pouce décisif pour la décision d’embauche. Qui va trouver cela abusif ?

Et bien un politique n’a pas droit à ces arrangements. Dominique Strauss-Kahn l’a appris avec ce qu’il appela une "erreur de jugement".

Et aujourd’hui c’est devenu une histoire belge, une erreur de jugement d’un premier ministre qui ne démissionnera pas : il l’a déjà fait il y a plus d’un an mais est toujours en poste !!! Yves Leterme aurait une maîtresse à qui il aurait donné un coup de pouce.

« Yves Leterme l’aurait aidé à décrocher un job aux Affaires Etrangères » (version contestée par l’interessé).

La belle affaire une fois, alors que la Belgique va exploser.

 
 
 

Publicités
Posted in: Europe