Bernard Debré, urologue (médecin du sexe)

Posted on 15 mai 2011 par

2


 
Bernard Debré propose d’accueillir DSK en consultation puis en soins intensifs d’urgence dans son hôpital dès qu’il pourra rejoindre la France. Ainsi, une fois que ce dernier sera son patient, il sera tenu par le secret professionnel et sera dans l’obligation de retenir ses commentaires baveux sinon haineux :

« C’est terrible, c’est humilier la France que d’avoir un homme qui se vautre dans le sexe. »

Pour en savoir plus…

 
Sélection d’autres réactions à l’arrestation de DSK

Celle de Christine Boutin, la plus digne et la plus sympa de toutes :

« Je pense que vraisemblablement on a tendu un piège à Dominique Strauss-Kahn et qu’il y est tombé.
Il peut y avoir plusieurs origines. Ca peut venir du FMI, ça peut venir de la droite française, ça peut venir de la gauche française… Mais si c’est le cas, jouer avec l’image de la France comme cela n’est pas acceptable. »

Celle perfide de Valérie Pécresse :

« Ce qui me préoccupe d’abord c’est l’image de la France »

donc malheur à celui par qui le scandale arrive, je ne juge pas mais quoi qu’il est fait, il est fait comme un rat.

 
Les autres réactions de gauche comme de droite c’est toujours présomption d’innocence mais « si les faits sont avérés… », « si les faits sont vérifiés… », « si les faits sont confirmés… », « si tout cela se confirme …» suivi d’un matraquage de l’homme DSK.

Et bien ma réaction, c’est que ça renifle le coup monté par une officine américaine, peut-être d’extrême droite et/ou antisémite. Et comme ça va être parole de soubrette contre parole de Casanova, c’est la conviction des juges qui l’emportera — les juges étant élus, leurs décisions sont prises en fonction de la popularité qu’ils gagneront ou perdront auprès de leurs ouailles, c’est donc pas gagné pour DSK — et ma conviction à moi est que si les faits sont vérifiés, eh bien c’est que DSK a été drogué à l’insu de son plein gré. Qui peut en effet imaginer qu’un pareil queutard soit obligé d’agresser pour assouvir ses besoins très naturels ? (sauf les prudes américains). C’est du n’importe quoi.

En attendant, DSK risque de souffrir du précédent Roman Polanski pour une libération conditionnelle.

A lire :
"Le coup de sang de Serge Raffy : "Le mystère de la chambre 2806""

 
D’autres élucubrations sur DSK en cliquant sur son tag.

 
 
 

Advertisements
Tagué: ,