Le secret de l’instruction, quand je veux, si je veux

Posted on 19 avril 2009 par

0


C’est ce que semble penser MAM (Madame la Ministre de l’Intérieur).

Une caméra de surveillance dans un bus de nuit de la RATP enregistre la violence extrême d’une agression par une meute, une véritable racaille. C’est un fait de société illustré par un document exceptionnel, brut et véridique, montrant la réalité d’une certaine jeunesse.

Ce document est interdit de visionnage pour le public : il est couvert par le secret de l’instruction. Le citoyen français n’a pas droit à l’information.

Le malheureux policier qui par sa maladresse a laissé fuiter la vidéo est mis en accusation et semble risquer une sanction plus grave que s’il avait simplement tabassé un ivrogne sur la voie publique.

On a pourtant connu MAM moins à cheval sur le secret de l’instruction quand il s’agit de condamner les agissements de pseudo-terroristes.

 
Autre type de délinquance, le Téléphone Rouge du Nouvel Obs du 16 avril 2009 nous apprend que Julien Dray, « visé par une enquête préliminaire dans l’affaire des flux financiers suspects sur ses comptes bancaires », pourra enfin avoir accès à son dossier à la mi-mai ou à la mi-juin.
En attendant, d’où proviennent toutes les informations publiées dans la presse sur cette affaire ? Ne sont-elles pas couvertes par le secret de l’instruction ?
Une enquête a-t-elle était diligentée pour connaître les responsables des fuites ?